Écrans : quand parle-t-on d'addiction ?

  • 26 Août 2019
  • Aucun commentaire

De nombreux parents s'interrogent sur le temps passé par leurs enfants devant les écrans. Mais entre les points de vue divergents des spécialistes, les discours anxiogènes et l'emprise de l'industrie du numérique dans nos quotidiens, les parents ont parfois du mal à s'y retrouver. Alors comment juger de sa pratique familiale des écrans ? Où se situe la limite entre pratique excessive et addiction ? Quels sont les signes qui doivent alerter ? Petit tour d'horizon des bonnes pratiques ! 

La réalité des chiffres

Selon un sondage BVA de juin 2019, 9 parents sur 10 se disent conscients des effets néfastes de la connexion sur la santé de leur enfant, mais dans les faits, seulement 42% affirment mettre des règles strictes et parvenir à contrôler le temps passé sur écran. 57% avouent même ne pas maîtriser le temps de connexion de leurs enfants. Selon le collectif Cose, les chiffres en France d'exposition aux écrans seraient d'ailleurs bien en-dessous de la réalité. Ce qui est certain, c'est que d'année en année nous passons de plus en plus de temps devant les outils numériques, enfants comme adultes. 


Addiction ou pratique excessive ?

Depuis mai 2019, l'Organisation Mondiale de la Santé reconnait officiellement le "trouble du jeu vidéo" comme une maladie. Ce trouble du jeu vidéo ne touche qu'une infime partie des joueurs et l'OMS précise que "pour que ce trouble soit diagnostiqué en tant que tel, le comportement doit être d’une sévérité suffisante pour entraîner une altération non négligeable des activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles et se manifester clairement sur une période d’au moins 12 mois". 

Il faut donc distinguer l'enfant passionné qui va passer plusieurs heures devant son jeu favori, de l'enfant qui perd le contrôle, peine à réfréner sa pratique du jeu et sacrifie d’autres activités quotidiennes et centres d’intérêt au profit du jeu. Mais il ne faut pas non plus nier une pratique excessive chez votre enfant qui peut avoir d'autres conséquences bien réelles. Même si l'OMS ne parle pas d'addiction aux écrans, les comportements addictifs de la pratique des jeux vidéos peuvent être transposés aux smartphone, tablettes, réseaux sociaux...

Bref, la question de l'utilisation du terme "d'addiction" pour les écrans et encore loin d'être tranchée. En attendant que les experts s'accordent, quelques règles d'usage suffisent souvent à limiter ces excès.


Pratique excessive : Les dangers et les signes 
Sans parler d'addiction donc, les pratiques excessives chez nos enfants et ados (et de plus en plus chez les moins de trois ans) ne sont pas rares dans nos familles. Les conséquences de cet excès (le plus souvent couplé à un mauvais usage en terme de contenu) sont aujourd'hui connues :

  • Trouble du sommeil (lumière bleue, cauchemars...)
  • Trouble de l'attention (génération zapping, s'ennuie vite...)
  • Déséquilibre alimentaire (grignotage, repas sautés ou pris devant l'écran...)
  • Troubles du comportement (contenus non adaptés, fatigue...)
  • Baisse des résultats scolaires (devoirs délaissés pour les écrans)
  • Retard de développement (motricité, langage, communication, socialisation...), etc.


Comment savoir si mon enfant ou adolescent passe trop de temps devant un écran :
 

  • il joue/regarde son écran toute la nuit et perd la notion du temps 
  • il se replie à la maison et abandonne ses autres loisirs
  • ses résultats scolaires baissent
  • il a des troubles de l'humeur (parfois triste et/ou agressif s'il ne peut pas jouer ou avoir son téléphone à portée de main)
  • ses relations sociales dans la vie réelle diminuent
  • il se détourne de sa famille et provoque des conflits familiaux. Cette opposition familiale dépasse des éléments de l’adolescence habituelle.(*www.ifac-addictions.fr)


Ces signes associés indiquent qu'il passe trop de temps devant les écrans et que vous devez mettre en place des règles d'usage.
 

Conseils pratiques 

  • Un usage passionné mais raisonné : dès la petite enfance, mettre en place des règles familiales d'usage correspondant à vos valeurs, l'âge et la personnalité de vos enfants (ex : pas d'écrans avant d'aller à l'école, pendant les repas, dans la chambre, etc.)
     
  • Dialoguer : essayer de comprendre les raisons de son attirance vers tel ou tel écrans/jeux en lui posant des questions bienveillantes.
     
  • Jouer avec vos enfants : vous devez vous intéresser au contenu regardé par vos enfants. Ils seront plus enclins à vous écouter si vous savez de quoi vous parlez. Avoir une expérience joueur ou utilisateur permet d'avoir une vision de l'outil et de prendre des décisions éclairées d'achat et de limitation éventuelle.
     
  • Attention à la typologie des jeux vidéos : certains jeux vidéos semblent plus addictifs que d'autres. Sans forcément les supprimer, il faut être vigilants aux jeux de plateforme et massivement multijoueurs type MMOG (Massively Multiplayer Online Game*) ou MOBA (Multiplayer Online Battle Arena*). 
     
  • Connaître la classification PEGI : respecter cette clasification européenne qui vous guidera lors de l'achat d'un jeu vidéo en vérifiant s'il est bien approprié à l'âge de l'enfant.
     
  • Être exemplaire ;-) : nos enfants sont de parfaits imitateurs, si vous passez des heures devant votre écran en sa présence, il est probable que votre enfant reproduise cette attitude tout naturellement.
     

 

*Exemples de MMOG : World of Warcraft ; Dofus, etc.
*Exemples de MOBA : Defense of the Ancients ; League of Legends ; SMITE ; Dota 2, etc.